4 questions à se poser avant de partir en mission humanitaire

4 questions à se poser avant de partir en mission humanitaire

S'engager comme volontaire est une manière d'agir pour la paix. Certaines personnes peuvent en effet vouloir s'investir dans des ONG afin d'agir concrètement sur le terrain. Il faut toutefois prendre le temps de bien étudier son projet et ne pas agir sur un coup de tête. Une mission humanitaire ne s'improvise pas et doit être réfléchie et organisée.

Voici 4 questions qu'il faut se poser avant de partir en mission humanitaire

1- Quelles sont mes motivations ?

Avant de s'engager dans une mission humanitaire, il est indispensable en premier lieu d'analyser ses motivations. Les motivations peuvent être explicites ou conscientes comme la motivation professionnelle, celle de solidarité ou de partage, la motivation économique, etc. Partir en mission humanitaire est une occasion d'aider les autres, mais aussi de s'enrichir sur le plan professionnel et personnel. L'envie de partir en mission peut également provenir de processus inconscients comme :

  • La découverte de soi,
  • Le désir de changement,
  • La volonté de se mettre en rupture et de s'autonomiser.

La connaissance de ses motivations réelles permet de mieux choisir son projet ainsi que son pays d'accueil. Il ne faut pas partir en mission humanitaire si sa motivation est :

  • La recherche d'exotisme ou une simple curiosité touristique,
  • D'enrichir son CV,
  • La fuite de sa société et des fantasmes de réussite possible à l'étranger.

Il est indispensable de bien clarifier ses motivations et ses objectifs avant le départ afin d'éviter des déceptions.

2- Dans quel secteur investir ?

Il faut également prendre le temps de chercher l'association qui correspond à ses valeurs. Il existe en effet de nombreux domaines pour investir. Comme la santé, la protection de l'environnement, la solidarité intergénérationnelle ou la promotion de la paix comme celle préconisée par Prem Rawat. Il faut seulement choisir le domaine qui a le plus de sens pour soi et définir son rôle. L'association doit en outre être agréée par l'État

3- Quelles compétences puis-je mettre au service des autres ?

Il faut également se demander si ses envies sont en adéquation avec son savoir-faire. Il faut se demander quoi faire à l'autre bout et en quoi peut-on être utile. Certaines missions nécessitent en effet des compétences particulières et d'autres pas. Le fait de ne pas avoir l'expérience requise ne doit pas être un frein à sa volonté d'aider. Il est possible d'investir dans une association locale et faire du bénévolat près de chez soi pour en acquérir.

Mais aussi d'aider en faisant des dons à des associations ou des fondations comme celle de Prem Rawat. Ces dons permettent en effet de combler les besoins fondamentaux comme la nourriture, l'eau, etc.

4- Comment serais-je encadré ?

Il faut également choisir son cadre avant de partir en mission humanitaire. Il existe différents cadres entre lesquels choisir. Il est possible de partir par le biais d'une Organisation non gouvernementale. Dans ce cas, tout le financement est à sa propre charge, comme les billets d'avion, le visa, les vaccins, l'assurance, etc. On peut également réaliser une année de césure où l'école peut aider à trouver le financement, mais aussi valider l'expérience. Partir dans le cadre d'un stage universitaire peut aussi permettre de recevoir des bourses et des aides de volontariat.

Enfin, faire du volontariat international qui peut prétendre à une rémunération sous certaines conditions.